Mes lectures de l’été : De la part de la princesse morte.

princesse1.png

Ce roman historique a été écrit par Kénizé Mourad. Elle y relate le destin de sa propre mère, Selma, une princesse turc qui , enfant, voit l’empire ottoman s’effondrer. La famille princière, condamnée à l’exil, perd toutes ces richesses. Réfugiée à Beyrouth, Selma va essayer de s’habituer à cette nouvelle vie. Mais que faire, elle qui était destinée à gouverner et qui dorénavant, ne posséde plus que le titre de princesse ? Sa mère, une sultane autoritaire et fière ne pourrait supporter qu’elle mène une vie comme tout le monde.  Elle va donc tenter, par le mariage, de trouver une meilleure position. Elle épousera un rajah indien qu’elle n’a jamais vu. Une fois en Inde, elle aura de réels difficultés à se lier avec son mari, un bel homme aux belles qualités mais si déçu par la vie qu’il se comporte comme un animal blessé. Enceinte, elle réalise que si c’est une fille, elle sera, selon la tradition musulmane, enfermée dans un zenana, une sorte de harem pour princesse. Elle demande à son mari si elle peut accoucher en France, à Paris, afin de bénéficier de la médecine moderne. Il accepte. La voici, à 28 ans, (presque 29), à Paris, libre de vivre une vie mondaine, semblable à celle de Beyrouth. Elle est décidée à y rester si c’est une fille, à rentrer si c’est un garçon. Elle va rencontrer l’amour de sa vie, un américain qu’elle fréquentera pendant un mois. Il doit partir mais promet de revenir. Malheureusement la deuxième guerre mondiale éclate et il ne revient pas. Elle accouche d’une fille, l’auteur du roman. Sans un sous, obligé de se cacher pour éviter les nazis, elle mourra d’une péritonite à l’âge de 29 ans.

Je conseille donc vivement la lecture de ce fabuleux roman. Tout d’abord, il est incroyable que kénizé Mourad ait su écrire l’histoire de sa propre mère qu’elle a à peine connu. De plus, on est transporté dans trois pays (je ne compte pas la France) et au début du XXème siècle. Quel voyage ! C’est passionnant.

princesse2.gifVoici ce qu’en dit l’auteur, Kenizé Mourad : « Il m’a fallu quatre ans pour écrire ce livre. C’est le fruit d’une recherche minutieuse, aussi bien historique que personnelle et psychologique. Je voulais faire revivre Selma, ma mère, morte si jeune, alors qu’elle rêvait de changer le monde. La faire revivre pour elle, par ce livre qui est une lettre d’amour que je lui adresse. Mon ambition, mon vœu le plus cher c’est de la rendre éternelle.(…) Pendant quatre ans, je me suis mise en correspondance avec Selma, une correspondance qui confine à la symbiose. Par un phénomène de quasi-médiumnité, j’ai retrouvé, deviné ce qu’elle avait dû vivre, penser, ressentir. Et je n’ai pas été étonnée, une fois mon livre paru, de recevoir des lettres de personnes qui l’avaient bien connue, et me confirmaient ce que j’avais écrit de façon presque intuitive. Encore un mot. Je veux dire que par-delà l’histoire de ma mère, il y a un autre aspect de ce livre, à mon avis tout aussi essentiel. C’est la reconstitution historique d’époques mal connues, comme la fin de l’empire ottoman, le début du mandat français au Liban, le mouvement qui, aux Indes, a conduit à la naissance du Pakistan. »

Interview de Kénizé Mourad.

Alors, pour tout ceux qui ont envie de le lire, bonne lecture !!



2 commentaires

  1. canelle49 26 juillet

    Bonjour Lina,

    merci pour ce conseil de lecture, tu en parles si bien que l’envie de le lire est bien là. Merci

    Gros bisous, Helene

    Dernière publication sur air du temps : Un cri d'amour !

  2. Tony Yves 12 septembre

    Il y a des personnes qui en quelques printemps vivent plus de vie qu’un centenaire . Quel destin à connu cette femme si tragique

Laisser un commentaire

Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
agnes2nantes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur